Ahmadou Babatoura Ahidjo est né le 24 août 1924 à Nassarao à quelques kilomètres de la ville de Garoua. Fils d’un chef peul (foulbé) de religion musulmane, Ahidjo est un autodidacte qui a intégré l’administration française comme télégraphiste puis opérateur radio.

Élu à l’assemblée territoriale du Cameroun en 1947, il devient conseiller de l’Assemblée de l’Union française de 1953 à 1958 et président de celle-ci en 1957. Vice-Premier ministre chargé de l’intérieur après l’octroi de l’autonomie interne au Cameroun, puis ministre de l’Intérieur (mai 1957). Grâce à un passage en force sagement orchestré par Jean Ramadier, haut-commissaire français de l’État du Cameroun sous tutelle des Nations Unies, il fait tomber le gouvernement André-Marie Mbida en démissionnant avec la totalité des ministres du Nord qui lui sont fidèles. Il remplace ainsi André-Marie Mbida à la tête du gouvernement en février 1958. Il est élu en mai 1960 président de la République du Cameroun. il a passé 22 ans à la tête du Cameroun.

Le 4 novembre 1982, Ahidjo, âgé de 58 ans, annonce contre toute attente sa démission au motif de raisons de santé. De par les dispositions constitutionnelles, le Premier ministre Paul Biya, âgé de 49 ans, est donc amené à lui succéder. Il quitte l’UNC l’année suivante à cause de conflits internes.

Il a été accusé d’avoir organisé un push le 6 avril 1984, il a toujours nié sa participation à ce coup d’Etat. Il est accusé et condamné à mort l’année suivante par contumace.  Il s’installa au Sénégal où il meurt, d’une crise cardiaque, le 30 novembre 1989. Il est inhumé au cimetière Bakhiya de Yoff, le plus grand cimetière musulman de Dakar.

 

Cet article 30 novembre 1989 – 30 novembre 2018, il y a 29 ans que le premier président du Cameroun S.E Ahmadou Ahidjo décédait en exile à Dakar est apparu en premier sur Culturebene.