Une légende de la musique camerounaise et africaine George Seba, en dépit de la fatigue du voyage Paris – Yaoundé, c’est avec un large sourire qu’il a répondu à nos questions.

Le top management du FIMBA a fait de vous l’égérie de la 20ème édition , quels sont les  sentiments qui vous animent ? 

-George Seba : Je suis honoré, c’est formidable pour un artiste de savoir que l’on reconnait  son parcours et ses œuvres, donc je suis heureux d’être là je voudrai remercier l’organisation sous la férule de Réné Ayina d’avoir pensé à moi, je suis content d’être au pays de toute façon .

Cette 20ème édition se particularise par plusieurs innovations notamment sur le plan onomastique, le Festi-Bikutsi est devenu le Festival International des Musiques Bantoues. Comment appréciez-vous cette mutation ? 

-Georges Seba : je l’apprécie, je trouve que c’est une bonne idée d’élargir le champ d’action du festival bikutsi moi même étant un défenseur du bikutsi , je pense que les musiques bantoues ne se limitent pas seulement qu’au Cameroun mais dans plusieurs pays d’Afrique , je trouve que c’est important qu’il y’ait une sorte d’ambition comme ça de l’organisation du festival pour s’étendre à autre chose que du bikutsi seulement .

Vous l’avez dit on célèbre la culture bantoue , une culture riche en images et en sons .Pour vous quelles sont les grandes composantes de la culture bantoue ? 

-Georges Seba : Les grandes composantes de la culture bantoue c’est la musique d’abord , mais c’est également la façon de se vêtir , la façon de se comporter , la façon de manger .Au delà de la musique , c’est la façon de vivre qui représente la culture bantoue.

Vous en tant que guest star , vous allez prester le 1er décembre , à quoi devrait s’attendre le public qui fera le déplacement à l’esplanade du stade omnisports ? 

-George Seba : Pour dire vrai je ne sais pas encore , je viens de descendre de l’avion , je dois avoir une réunion avec le comité d’organisation qui me dira ce que je devrais faire , moi je suis à la disposition du FIMBA , le temps qui me sera donné sera mis en valeur par mon équipe , je vais rencontrer les musiciens et on verra ce qu’on pourra faire de bien .

À l’aurore de votre carrière, vous  avez commencé dans les arcanes du bikutsi , aujourd’hui vous êtes plus dans le gospel , pourquoi ce changement ? 

-George Seba : Le bikutsi est un genre musical, le gospel est un message et il y’a pas de dichotomie entre les deux  , je fais des rythmes bikutsi en gospel , il y’a aucun  problème , moi je pense d’ailleurs  que le gospel , tel que nous l’avons commencé quand on était jeune à l’américaine est une bonne chose parceque l’on doit se cultiver , diversifier sa culture en écoutant du Jazz et autres rythmes musicaux , mais avant tout nous sommes africain et nous sommes bantou, c’est pour cela que je pense que le bikutsi n’est pas seulement un genre de musique qui s’adresse à un public profane , mais c’est simplement une culture , une façon de faire sur le plan musical .Et si vous écoutez bien mes réalisations même avec ma chorale , il y’a des tourneries du bikutsi dans ce que je fais , pour moi , il y’a pas de dichotomie entre les deux .

Plusieurs années après le début de votre  carrière , vous êtes toujours débout quel est le secret de votre réussite ? 

-George Seba : Le secret de la réussite c’est le travail  , la foi et l’envie .L’envie de faire toujours les nouvelles choses et de se dire qu’on n’est toujours pas encore arrivé , c’est ce qui nous porte , la joie de rencontrer le monde , de rencontrer le public , la preuve je suis là aujourd’hui pour le FIMBA , les organisateurs ont pensé que ça vaut la peine de me déplacer de Paris et ça , ça me touche , ça me porte , ça me permet de déployer mes ailes et d’essayer de voler le plus haut possible .

En faisant des recherches, on a appris que vous êtes en train de concocter un nouvel album , on aimerait savoir davantage sur cet album ? 

-George Seba : Effectivement, je concocte un nouvel album qui va être assez surprenant , il va être précédé par des singles , il y’a déjà un qui est sorti parceque la situation dans mon pays m’interresse , j’ai fait une chanson dont le titre est réunification , je prépare aussi une chanson sur la ville de Yaoundé , maintenant l’album en lui même va être désassonant pour mon public parceque ça va être beaucoup plus ouvert à l’extérieur , à un public World Music .

Au moment où vous arrivez au Cameroun , le président Paul Biya vient d’être réelu , alors en France est ce qu’il vous arrive de suivre l’actualité du Cameroun ? 

– George Seba : Ah oui , moi j’ai des histoires chez moi tous les soirs parceque je regarde le journal parlé de 20h30 et mes enfants y sont embêtés dès que j’entre à la maison , il disent  Papa est venu il va encore mettre la CRTV ( rires ) , dont je me rejouis de la reconduction du président Paul Biya parceque nous avons le privilège de vivre une  période historique , peut -être la plupart des camerounais ne s’en rende pas compte , Paul Biya est celui là qui met le train Cameroun sur les rails du développement .

Plusieurs jeunes artistes camerounais s’identifient à vous, quels conseils pouvez vous leur prodiguer pour la réussite dans leur carrière ?

– George Seba : Le conseil c’est la passion, le sérieux, le travail et la persévérance.

Par Yahaya Idrisse

Cet article George Seba :  » Je suis honoré d’être invité par les organisateurs du FIMBA… «  est apparu en premier sur Culturebene.