Emmanuel Macron a décidé de rendre 26 œuvres réclamées par le Bénin, a annoncé vendredi soir l’Elysée par communiqué, peu après la remise du rapport sur la restitution des biens culturels à l’Afrique.

Les deux rapporteurs Bénédicte Savoy et Felwine Sarr s’étaient dits confiants à leur sortie de l’Elysée sur l’avenir de leur rapport. La suite leur a donné raison. Le président de la République Emmanuel Macron a salué le travail de réflexion mémorielle entrepris et annoncé la restitution de 26 œuvres au Bénin. Des prises de guerre du général Dodds dans le palais de Béhanzin, après les sanglants combats de 1892.

Bénédicte Savoy et Felwine Sarr, qui avaient quitté l’Elysée deux heures à peine avant cette annonce, laissent éclater leur joie. « Cette annonce de restitution d’objets pris lors d’un pillage militaire pendant l’époque coloniale, c’est une restitution historique et on peut presque comparer ça à la chute du mur de Berlin », estime Bénédicte Savoy. « C’est vraiment un moment historique parce que l’histoire est en train de se mettre en marche au présent. Et ce qui se joue est absolument fondamental d’un point de vue symbolique, souligne Felwine Sarr. Et cela aura aussi un impact dans les autres champs de la relation. »

La présidence assure que ces 26 œuvres seront restituées sans tarder. Comment faire alors que la loi française ne permet pas pour l’heure les restitutions ? « L’une des pistes, avance Felwine Sarr, serait de faire un dépôt à long terme de ces objets-là qui seraient déposés dans les musées béninois, le temps que la loi passe dans le calendrier législatif et qu’elle soit votée, avec l’idée communément partagée que ces objets ne reviendront pas. Un dépôt à long terme avec un bail renouvelable est une solution juridique. »

Les mesures opérationnelles et, le cas échéant, législatives seront prises pour que ces œuvres puissent retourner au Bénin, promet l’Elysée.

Emmanuel Macron en a également profité pour réitérer son engagement de Ouagadougou : que « la jeunesse africaine ait accès en Afrique et non plus seulement en Europe à son propre patrimoine et au patrimoine commun de l’humanité ».

Pour ce faire, il s’est dit favorable à toutes les formes de circulation des œuvres, que ce soit des restitutions, des prêts, des échanges, des dépôts ou encore des expositions. Dans ce processus, les ministères de la Culture et des Affaires étrangères joueront un rôle de premier plan, tout comme les musées qui seront chargés d’identifier les partenaires africains et d’organiser la circulation des œuvres.

Mais l’Elysée n’entend pas limiter ce processus au seul Hexagone. Dans son communiqué, le palais présidentiel évoque la nécessité d’un travail approfondi avec les autres Etats européens. Paris propose d’ailleurs de réunir Africains et Européens pour construire ensemble « cette nouvelle relation et cette politique d’échanges ». Un rendez-vous qui pourrait avoir lieu au premier trimestre 2019.

Source: RFI

Cet article La France va restituer 26 œuvres d’art réclamées par le Bénin ! est apparu en premier sur Culturebene.