Nourri au gospel vitaminé, Georges Seba, vibrato soprano oscillatoire et assumé, semble chanter depuis le berceau. Une carrière prédestinée, donc, qui connaît ses véritables débuts au sein, puis à la tête de la chorale les Gospel Singers de Messa à Yaoundé. Le sémillant chanteur-guitariste a éclaboussé, de son talent et de son art, pas moins de quatre générations, depuis la sortie de son premier album «Nkos Binga» en 1979.

Présenté comme le «champion hors catégories des back ground vocals», Georges Seba a pendant 20 ans dirigé les Chérubins de la capitale. Ancien guitariste des Afro Sound du lycée général Leclerc de Yaoundé, c’est très jeune qu’il est piqué par le virus de la musique. Autodidacte, il apprend à restituer les airs qui l’entourent avec la ferme ambition de se professionnaliser.

Christine Ada Seba, sa génitrice et ancienne de d’Église, ne semble pas l’entendre de cette oreille. Georges Seba dépose donc la guitare, abandonne les femmes qui le suivent partout pour se concentrer sur ses études. Il s’envole alors pour la France, où il décroche son baccalauréat au lycée Jean Perrin de Vez de Lyon. Il s’inscrit ensuite en administration économique et sociale de l’université de Lyon 3, mais le virus de la musique le rattrapera rapidement.

Georges Seba se veut aussi «un artiste qui met son talent au service de son prochain». En France, c’est un requin de studios, rompu aux airs profanes et qui prête sa voix à plusieurs albums à succès. Il est constamment aux côtés de sa compagne Marilou, de Charlotte Mbango ou encore Sissy Dipoko. Il aura collaboré avec des congénères aussi divers et célèbres que Alpha Blondy, Céline Dion, Deedee Bridgewater, les Kassav, Sixun ou encore Yannick Noah.

En 1986, c’est lui qui propulse la Congolaise Abeti Masikini à l’avant-scène avec le titre «Je suis fâchée». Son palbum «Jomolo-Jomolo», sorti au début des années 80, est un hymne aux musiques bantoues. C’est à ce métisse, de peau et dans l’art et dévoué aux rythmes afro-antillais, que l’Américain Paul Simon confiera les arrangements de guitares de son titre à succès «Proof».

Ce qu’on sait moins, c’est que Georges Seba a longtemps pratiqué le saut en hauteur, le 100m, 1000m, le décathlon, le triathlon ainsi que le lancer de poids. Aujourd’hui leader du Chœur Gospel de Paris, Georges Seba a fait des apparitions télévisuelles dans des programmes aussi divers que «Taratata», «Sacré soirée», «Tapis rouge», «Vivement dimanche», «Star académie» ou encore le «Symphonic Show». Il a également pris part à «Sol en Si» à l’Olympia, à des «Téléthons» ou aux «Enfoirés» du Grand Rex.

Né le 9 Mai 1959 à Enongal (Sud), il a huit albums au compteur et est par ailleurs, depuis septembre 2005, animateur d’Amvam, une association caritative qui porte le nom de son village et qui se dévoue à la cause des démunis.

Cet article Portrait : Georges Seba est apparu en premier sur Culturebene.