Le pays de Toumaï accueille  la première édition de la coupe d’Afrique de slam poésie

Le slam, art oratoire qui favorise le développement intellectuel et culturel par l’exploration et la discussion sur les problèmes sociaux, est devenu une expression culturelle très importante dans de nombreux pays africains au cours des 10 dernières années. C’est donc pour célébrer les mots que l’association Tchad Plus a décidée avec l’appui de ses nombreux partenaires, d’organisée la toute première édition de la coupe d’Afrique de slam et poésie (CASP), qui se déroule du 05 au 10 novembre 2018 à Ndjamena, au Tchad. Au total, 37 candidats issus des pays membres de la CASP et qui se sont au préalables distingués en remportant des titres de champions dans leurs pays respectifs lors des compétitions nationales de slam, s’affronteront durant 04 jours pour cette fois ci décrocher la couronne continentale. La compétition commence par les matchs de poules le mercredi 6 novembre et s’enchaine ensuite avec huitièmes de finales le jeudi 07 novembre. Les quarts de finale sont prévus le vendredi 08 novembre et les demi-finales et la finales le samedi 10 novembre. En plus du championnat  il est également prévu des ateliers ainsi que des concerts avec des artistes de tout le continent.

Pour les organisateurs,  la coupe d’Afrique de slam poésie est avant tout une volonté panafricaine d’œuvrer en synergie. Elle est aussi un emboitement et un métissage de talents artistiques qui participent à la réussite d’un tel évènement, sur le plan continental et planétaire. L’objectif selon Didier Lalaye alias Croquemort, président de la CASP, « l’objectif de cet évènement est d’amplifier la portée des différentes actions du slam en Afrique, en nous appuyant sur les évènements nationaux de slam. Car une compétition continentale est l’élément culturel fédérateur qui viendrait unir tous les pays africain dans cette discipline qui célèbre les mots. »

Parmi les invités d’ailleurs présents dans la capitale tchadienne pour cet évènement on peut citer notamment le rappeur engagé Valsero, Didier Toko promoteur du Douala hip hop festival, la slameuse Lydol, le chanteur Mawndoe, le rappeur activiste sénégalais Fou Malade, les bloggeuses Fiona  Dragstra et Loes Oudenhuijsen des Pays Bas, la slameuse béninoise Harmonie et bien d’autres.

Par Ebah Essongue Shabba, envoyé spécial à Ndjamena

Cet article Ndjamena capitale du slam africain est apparu en premier sur Culturebene.