Elamé est un jeune artiste Camerounais plein de talent, qui associe les belles paroles aux belles mélodies juste pour le plus grand plaisir des mélomanes.

C.E : Bonjour M. Elamé vous êtes artiste musicien et vous venez de sortir un nouveau single intitulé ‘’cocorico’’ alors parlez-nous un peu de ce single.

Elamé : Ouais ce single c’est cocorico, cocorico c’est un appel à la gente féminine parce que la femme c’est la mère de l’humanité, on ne peut rien faire sans la femme. C’est pourquoi ‘’Cococrico’’. Il était important qu’on fasse honneur à la femme comme je le disais tantôt l’homme n’est rien sans la femme.

C.E : Cette idée de valoriser la femme était-elle nourrie depuis longtemps dans votre esprit ou elle vous est venue juste un soir seulement ?

Elamé : Cette idée était encrée dans ma tête il y’a longtemps, toi mon frère qui pose cette question toi-même tu sais que là on ne parle pas seulement de nos femmes mais on parle aussi de nos mamans, parce qu’on est rien sans nos mamans, c’est à elles que nous sommes ce que nous sommes devenus aujourd’hui. C’est pourquoi j’ai toujours prôné pour la femme, et il y’a un artiste qui m’a dit que la femme est un ‘’demi-dieu’’  on ne peut rien faire sans elle, alors il était important que je fasse ce son parce que quelque part aussi j’ai vécu cette histoire.

C.E : Ce single ‘’cocorico’’ comment est-il perçu par les mélomanes mais aussi par la critique ?

Elamé : Je disais tout à l’heure à Magic Fm, tout le monde a kiffé, les mélomanes ont kiffé, sur les réseaux sociaux c’est au-delà de mes attentes, il y’a des partages, on travaille les gars continuent de liker sur Youtube. Le nombre de fans augmentent tout doucement.

En ce qui concerne les critiques euhhh c’est vrai que je  n’ai vraiment eux de critiques négatives mais toujours est-il qu’il y’a un artiste, un grand frère qui m’a dit que prochainement voilà des modifications que tu devrais apporter à ton œuvre et j’ai retenu la leçon du grand frère et nous ferons mieux dans le prochain single. Vous savez on ne peut pas avancer sans critique, il y’a toujours quelqu’un qui t’apportera un plus dans ce que tu fais.

C.E : Après ce média-tour quelle sera la suite ?

Elamé : La suite c’est la préparation du clip, il y’a aussi le ‘’cocorico challenge’’ qui arrive, il y’a aussi le média-tour Baffoussam qui suivra après celui de Yaoundé. Et surtout l’EP qui se prépare.

C.E : Ce single est-il disponible dans toutes les plate-formes de téléchargement ou dans quelques une seulement ?

Elamé : Il est disponible dans toutes les plate-formes de téléchargement, vous tapez seulement ‘’cocorico’’ et vous verrez le son après vous pouvez le télécharger gratuitement.

C.E : Nous allons un peu sortir du cadre musical et chercher un peu à vous connaître d’avantage. Alors M. Elamé est-il un cœur à prendre ou non ?

Elamé : (Rire) Normalement Elamé du moment qu’il n’a pas la bague au doigt il est un cœur à prendre. Par exemple frère quand je te vois je ne vois pas la bague ça veut dire que t’es un cœur à prendre. Effectivement Elamé est un cœur à prendre. Le clip sera disponible très bientôt et vous serrez les premiers à en être informés.

C.E : Merci beaucoup pour ce petit entretien nous vous souhaitons beaucoup de succès pour la suite de votre jeune carrière.

Elamé : Non mon frère c’est moi qui vous remercie, merci beaucoup à Idrissou, merci à toi mon frère Atti, merci à toute l’équipe de Culturebène j’admire le travail que vous faites pour valoriser la culture Camerounaise.

Cet article Elamé : « L’homme n’est rien sans la femme… » est apparu en premier sur Culturebene.