Lui et son binôme Souké ont réussi à conquérir les cœurs de nombreux africains. Ils font depuis quelques années, la fierté du peuple burkinabè. Siriki et son mentor et acolyte Souké sont des célébrités dans le monde du cinéma, souvent sollicités dans d’autres pays.

Mais qui est en réalité Siriki, celui qui est qualifié comme étant le plus idiot de la bande des Bobodioufs.

De son vrai nom Frédéric Soré, Siriki a été découvert et adopté par toute l’Afrique à travers le duo infernal avec son compère « Souké » de la série humoristique « Bobodioufs ».

De nationalité burkinabè, Siriki est né le 29 avril 1972 au Burkina Faso. Siriki est marié à Chantal Sebego depuis 1993 et serait un formidable père de famille.
Couturier de profession, il fera ses premiers pas dans le cinéma comme acteur dans la série le « Royaume d’Abou ».

Le couturier qui veut aller loin dans cette nouvelle aventure professionnelle, sort le grand jeu. Il arrive à séduire le public par son jeu d’acteur surprenant. Et il est rapidement porté au devant de la scène, sous le regard de d’autres producteurs qui commencent à lui faire les yeux doux.

Juste après « Le Royaume d’Abou », il est coopté pour le film qui le révélera véritablement. Un rôle qui lui colle parfaitement à la peau lui est proposé dans la série « Les Bobodioufs ». Avec son binôme « Souké », le courant passe facilement, et ils deviennent le duo choc de série.

A propos, il fera cette révélation sur ses liens avec Mahamadou Tiendrébeogo dit Souké : « Souké et moi, on s’est connus avant le cinéma il y a maintenant 6 ans environ. On a commencé le cinéma ensemble. J’étais preneur de sons et Souké éclairagiste. C’est en travaillant sur le film « Royaume d’Abou » à travers les rôles secondaires qui nous ont été confiés Souké et moi, que le réalisateur s’est inspiré pour créer les « Bobodioufs ».

C’est ainsi qu’est né le groupe Les Bobodioufs. Au départ, ce n’était pas l’appellation « Boboioufs ». C’était « Les deux villageois ». Le nom « Bobodiouf » est venu d’un vieux Sénégalais qui vendait des montres et autres au Burkina-Faso. Chaque fois que le vieux passait devant l’hôtel où nous nous réunissions pour aller sur le plateau de tournage, il s’adressait à nous en ces termes : « Vous, vous agissez comme des « Bobo de Dioulasso ». Pour dire nous agissons comme des Sénégalais.

Alors, le Blanc, notre réalisateur s’en est inspiré. D’où le nom et le tire du film  » Les Bobodioufs ». Le succès de cette production ne se fera pas attendre. Diffusée dans quelques pays sur la chaîne « TV5 », Siriki et ses amis seront automatiquement adoptés par les populations.

La popularité des acteurs de cette série deviendra encore accentuée avec la diffusion de cette série sur le bouquet « Canal+ ». Et Siriki et son « ami personnel » Souké vivent à nouveau leur succès. Ils découvrent avec stupéfaction, qu’ils sont aussi connus dans le milieu anglophone.

Concernant sa carrière, outre « Le Royaume d’Abou » et les « Bobodioufs » qui continue de séduire les téléspectateurs, Frédéric Soré a aussi joué dans d’autres nombreuses séries télé telles que « Secret de Goama », « Série noire à Koulbi », « Allô police », « Quand les éléphants se battent », « Bobollywood ».

Il a aussi campé des rôles dans des films tels que « L’or des Younga, « Code Phenix », « Kolo et Solo », « Oumar et Charly », « Code de la femme », « Un mariage à trois visages », « Mogo puissant », « Ca ou rien », « Sofia »…

Cet article Portrait : A la découverte du fameux Siriki des Bobodioufs ! est apparu en premier sur Culturebene.