Fali, Bata et Foulbé sont les premiers occupants de ce lamidat fondé par les Peuls.

Environs 70 000 habitants d’ethnies et de religions diverses répartis dans plus d’une quarantaine de villages, cohabitent sur le territoire du lamidat de Demsa. D’après les historiens du royaume, les habitants les plus anciens du territoire de Demsa sont les Fali et les Bata puis sont arrivés les Foulbé.

Le peuple Fali de Demsa est composé de cinq sous-groupes.  Le premier groupe est celui des Fali de Gbaw établis aujourd’hui dans la plaine, à l’est de Gaschiga,  ils sont de la même origine que les Fali de Yarmi, Tingling, Senri, Boulgou et Ndoudja. Les Fali des Yarmi constituent le second sous-groupe. Autrefois refugiés dans les montagnes avec les Gbaw, ils sont aujourd’hui installés dans la plaine au Nord de Gaschiga. Le troisième sous-groupe, les Fali Gbamata ou Pamchi sont des chasseurs à l’arc réputés qu’on retrouve au Nord de Gaschiga vers les hauteurs de Ladasam, Bolgnou, Labbaré et Pamchi. Les Fali de Goutchoumi constituent le quatrième sous-groupe. Installés au Nord de Gaschiga, ils sont partagés entre le lamidat de Bachéo et le lamidat de Demsa. Le cinquième sous-groupe est celui des Fali de Toro plus connus sous l’appellation de  Ni-Bowri. Bowri veut dire «bagarreurs», c’est surnom qui leur a été attribué par leurs voisins Fali du fait de leur humeur belliqueuse. Leurs ancêtres étaient des chasseurs venus de l’ouest de la région de Yola et qui après avoir longé la Bénoué se divisa en deux branches avant d’atteindre la région de Garoua. La première gagna directement le Tingling par Gaschiga, la seconde partit vers Guébaké où elle alla rejoindre la première branche sur le site de Toro en passant par le Kangou à l’est de Gaschiga. Les Fali de Gbamata continuent d’habiter sur les hauteurs des collines contrairement aux Gbaw et Yarmi qui séjournent maintenant dans les plaines.

Les Bata se nomment eux-mêmes, Gbwaté. Ils arrivèrent dans la région de Demsa après les Fali, qu’ils assimilèrent ou repoussèrent vers la montagne du Tingling. Les Bata de Demsa se dénomment Demsa-Pwa. Pwa est d’ailleurs le nom qu’ils donnaient à leur Dieu, car ils en étaient les gardiens, d’où leur ascendance sur les autres Bata, notamment ceux de Garoua, Malapé, Ndaw, Bangling, Sarasté, Bardaké, Tépé et Bilassi. Ils sont arrivés du nord-ouest et ont occupé le pays Fali, s’alliant à eux à travers des mariages ou les expulsant de leurs terres. Peuple organisé, les chefs Bata portent le titre de Home.

Quant aux Peuls ou Foulbés de Demsa arrivés en troisième position, ce sont des Wolarbé de Garoua, Tchéboa, Touroua et Guébaké. Leurs ancêtres sont originaires du Mali, d’où ils ont émigré avec leurs troupeaux de boeufs, pour atteindre Demsa en passant par les régions de Bornou, Mandara, Bouhra, Holma, Mougoulbou et Djorsi. A leur arrivée à  Djorsi, les Foulbé de Demsa comptaient quatre principales familles. Les Djorsi, les Djegou, les Bourey et les Bonja. Les deux premières familles étaient les plus aimées par rapport aux autres. Mieux organisés que les Fali et les Bata et à la faveur du Jihad entrepris par  Modibo Adama de Yola, les Foulbé de Demsa ont pris de l’ascendance sur les autres tribus. De nos jours, d’autres peuples sont venus s’ajouter aux Fali, Bata et Foulbé. Il s’agit notamment des Matakam, des Daba, des Baïnawa, des Guiziga des Mofou, des Mboum, des Laka et des Sara du Tchad ainsi que plusieurs lignages de Peuls Bororo.

Par Ebah Essongue Shabba

 

Cet article Demsa, carrefour des cultures et des peuples est apparu en premier sur Culturebene.