C’est à la faveur de la première édition du festival international sahélien du film
Du 20 au 22 septembre 2018, Maroua sera la capitale du 7e art camerounais ceci à la faveur de la première édition du festival international sahélien du film (FISH) placé sous le thème « peace by screen ». D’après Zuyane Esther, promotrice dudit festival, « le festival international du film sahélien vise d’abord la promotion de la paix et la cohésion sociale, la valorisation des productions artistiques créatives pour améliorer l’impact dans le développement socio-économique des populations et la promotion des valeurs morales et éthiques à travers le tourisme culturel par le biais de l’évènement ».
Cette première édition sera l’occasion pour le FISFI d’éduquer la société sur le vivre ensemble, la paix et la cohésion sociale dans une région durement éprouvée par les attaques du groupe terroriste Boko haram. S’agissant des œuvres qui seront diffusées durant cette première édition du FISFI, le public aura le large choix entre des longs ou courts métrages, mais aussi des documentaires proposés par des réalisateurs aussi bien professionnels qu’amateurs.
La toute première fête du cinéma sahélien débute le 20 septembre avec une cérémonie de lancement que présidera le préfet du Diamaré au complexe sportif de Domayo où sera installé le village du festival. Le public aura droit à la montée des marches en soirée et aux premières projections. La deuxième journée sera meublée par un atelier de formation en maquillage de cinéma, des ateliers d’écriture de scénario que dirigeront notamment le scénariste Herve kenmogne mabou, secrétaire général de la National film industry of Cameroun (Nafic). Par ailleurs cinq conférences portant notamment le cinéma comme outil de lutte contre l’extrémisme violent et de consolidation de la paix et de l’unité, l’impact du cinéma sur la jeunesse ou encore les chantiers audiovisuels dans le septentrion meubleront cette seconde journée. La troisième et dernière journée baptisée « Journée Laminou Tilimdo » sera un hommage rendu par le festival au prolifique réalisateur originaire de l’Adamaoua. Il animera des ateliers d’écriture mais présentera également au public quelques-unes de ses productions notamment Soreya, qui sera projeté lors de la soirée de clôture du festival.
Nul doute que le festival international sahélien du film sera une belle fête populaire qui va rassembler et divertir les populations de Maroua mais également qui attirer les touristes à venir découvrir le riche patrimoine touristique de cette partie du septentrion car « le développement passe aussi par l’art », estime Zuyane Esther.
Par Ebah Essongue Shabba (envoyé spécial)

Cet article Maroua : Le cinéma en fête du 20 au 24 septembre 2018 est apparu en premier sur Culturebene.